Nouveau

Défendre l'Inde : la politique étrangère du gouverneur général Lord Minto, 1807-1813, Amita Das et Aditya Das

Défendre l'Inde : la politique étrangère du gouverneur général Lord Minto, 1807-1813, Amita Das et Aditya Das


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Défendre l'Inde : la politique étrangère du gouverneur général Lord Minto, 1807-1813, Amita Das et Aditya Das

Défendre l'Inde : la politique étrangère du gouverneur général Lord Minto, 1807-1813, Amita Das et Aditya Das

Mondes de la Compagnie des Indes orientales

Lord Minto a été gouverneur général de la Compagnie britannique des Indes orientales en Inde pendant la majeure partie de la seconde moitié des guerres napoléoniennes, prenant son poste à une époque où Napoléon dominait la majeure partie de l'Europe, et survivant en poste assez longtemps pour voir les invasions de Napoléon L'Espagne et la Russie entament son déclin et sa chute.

Lord Minto a fait face à une série de défis différents pendant son mandat. Au début, le grand danger était perçu comme une possible invasion de terres françaises, via l'Empire ottoman et la Perse, ou peut-être via la Russie après que le traité de Tilset ait vu Napoléon et le tsar Alexandre former une alliance. En conséquence, ses premières années en Inde ont vu une série de tentatives de former des alliances anti-françaises, avec la Perse et avec les puissances indépendantes du nord-ouest de l'Inde. Une fois que l'Alliance franco-russe a commencé à s'effondrer, cette menace a diminué et l'attention de Lord Minto s'est tournée vers des problèmes plus locaux, en particulier les forces navales françaises basées à Maurice et la possibilité d'une flotte française s'implantant à Java, qui est devenu un possession après que la Hollande fut absorbée par la France. Il a également dû faire face aux différentes priorités de ses deux maîtres - la Compagnie britannique des Indes orientales, principalement soucieuse du profit, et le gouvernement britannique, presque entièrement concentré sur la défaite de Napoléon.

Comme les auteurs le précisent, la politique de Lord Minto envers les puissances indiennes indépendantes dépendait largement du niveau de menace de la France. Cela a dû être assez frustrant pour ses diplomates et pour les puissances indiennes, qui ont souvent vu son attitude changer de manière assez spectaculaire au fil du temps, d'autant plus que la menace française s'estompait, et avec elle le besoin d'alliances indiennes.

Un ajout que j'aurais apprécié aurait été une bonne carte claire montrant les possessions de la Compagnie en Inde ainsi que celles des puissances indiennes indépendantes restantes - à ce stade, les Britanniques étaient une puissance majeure en Inde, mais avaient toujours de puissants voisins indépendants avec qui faire face. . Il existe des cartes contemporaines de l'Asie et des Indes orientales, mais elles ne montrent pas l'Inde avec autant de détails.

Mis à part cette petite chicane, il s'agit d'une excellente étude d'une période fascinante, donnant une image claire de la diplomatie de grande envergure requise du gouverneur général et de la place de la Compagnie des Indes orientales dans le monde indien et asiatique au sens large. Nous avons également une bonne idée des problèmes causés par la structure du pouvoir britannique en Inde, avec une répartition des pouvoirs entre la Compagnie et le gouvernement à Londres (entre autres, cela a entraîné deux missions diplomatiques en Perse en même temps) et des problèmes causés par la lenteur des communications. Lord Minto, qui a pris le poste en tant que candidat de compromis, apparaît comme un gouverneur général à succès, qui a réussi à défendre et à étendre la position britannique à l'Est sans s'impliquer dans trop de campagnes militaires coûteuses.

Chapitres

Auteur : Amita Das et Aditya Das
Édition : Relié
Pages : 288
Éditeur : Boydell
Année : 2016



Minto est né à Édimbourg, le fils aîné de Sir Gilbert Elliot, 3 baronnet, et d'Agnes, fille de Hugh Dalrymple-Murray-Kynynmound. [2] Il était le neveu de John Elliott, gouverneur de Terre-Neuve, Andrew Elliot le 41ème gouverneur colonial de New York et de Jean Elliot le poète.

Hugh Elliot était son frère cadet et Sir Charles Elliot son neveu. Vers 1763, Elliot et son frère Hugh furent envoyés à Paris, où leurs études furent supervisées par le philosophe écossais David Hume, et où ils se lièrent avec Honoré Mirabeau. Après avoir passé les hivers 1766 et 1767 à l'Université d'Édimbourg, Minto entra à Christ Church, Oxford, et en quittant l'université, il fut admis au barreau. [3] [2]

En 1776, Minto entra au Parlement en tant que député whig indépendant pour Morpeth. Il est devenu très ami avec Edmund Burke, qu'il a aidé dans l'attaque contre Warren Hastings et Sir Elijah Impey, et a été deux fois candidat malheureux au poste de président [3] aux élections de janvier 1789 et juin 1789.

En 1793, il est nommé commissaire civil de Dunkerque, alors assiégée de Dunkerque (1793) par les forces de la coalition. Cependant, le siège s'avéra infructueux et la nomination ne resta forcément que sur le papier. Plus tard, il a reçu un rendez-vous similaire pour Toulon, qui s'est avéré également avorté. [4]

Il prêta serment au Conseil privé en 1793 et ​​en 1794, il fut nommé vice-roi de l'éphémère royaume anglo-corse. [ citation requise ] En 1797, il prit les noms supplémentaires de Murray et Kynynmound et fut créé Baron Minto, de Minto dans le comté de Roxburgh. De 1799 à 1801, il a été envoyé extraordinaire en Autriche, et après avoir été pendant quelques mois président du Conseil de contrôle, il a été nommé gouverneur général de l'Inde à la fin de 1806, [3] avec son mandat commençant le 31 juillet 1807 Le district de Minto en Nouvelle-Galles du Sud, Australie, (maintenant une banlieue de Sydney) a été nommé d'après lui en 1809. En 1810, il a demandé avec succès la libération du navigateur britannique, Matthew Flinders, de son emprisonnement de six ans sur l'île de France (Maurice). Il a gouverné jusqu'en 1813, période au cours de laquelle il a étendu la présence britannique dans la région aux Moluques, à Java et à d'autres possessions néerlandaises dans les Indes orientales pendant les guerres napoléoniennes. Il a alors été créé Vicomte Melgund, de Melgund dans le comté de Forfar, et Comte de Minto, de Minto dans le comté de Roxburgh.

Minto a épousé Anna Maria Amyand (26 mars 1752 - 8 mars 1829), [5] fille de Sir George Amyand, 1er baronnet et sœur de Lord Malmesbury, en 1777. Elle était connue sous le nom de Lady Elliot, [2] [5] son ​​formel titre étant comtesse de Minto. [6] Le navire Dame Elliot, construit au Bengale, en Inde, en 1815, a inspiré son capitaine à nommer une île au large de la côte du Queensland Lady Elliot Island. Le navire a probablement fait naufrage plus tard sur Lady Elliot Reef. [7]

  • Anna Maria (décédée le 18 octobre 1855) a épousé le lieutenant-général. Sir Rufane Shawe Donkin. Pas de problème.
  • Harry Mary Frances (décédé en juillet 1825). Mort jeune.
  • L'amiral l'hon. Sir George Elliot
  • Hon. John Elliot (né en 1788, décédé en 1862) était un homme politique.
  • Catherine Sarah (vers 1798-25 juin 1862), qui épousa John Boileau, 1 baronnet. Avait problème.

Lord Minto mourut à Stevenage, Hertfordshire, le 21 juin 1814, à l'âge de 63 ans, et fut enterré à l'abbaye de Westminster, avec son frère Hugh. L'inscription se lit comme suit : [9]

Gilbert Elliot, comte de Minto, fils aîné de Sir Gilbert Elliot, baronnet. Né le 23 avril 1751, vice-roi de Corse 1794, envoyé extraordinaire à Vienne 1779, président du Conseil de contrôle 1806, gouverneur général des Indes 1806-13, créé baron Minto de Minto et vicomte Melgund et comte de Minto. Décédé le 21 juin 1814.


Défendre l'Inde : la politique étrangère du gouverneur général Lord Minto, 1807-1813, Amita Das et Aditya Das - Histoire

Amita Das, Aditya Das. Défendre l'Inde britannique contre Napoléon : La politique étrangère du gouverneur général Lord Minto, 1807-13. Rochester : Boydell Press, 2016. 288 pages. 120,00 $ (tissu), ISBN 978-1-78327-129-0.

Revu par Greg Mole (Université de Memphis)
Publié le Guerre H (juin 2019)
Commandée par Margaret Sankey (Université de l'Air)

Napoléon s'est fait connaître par des batailles décisives, de Marengo et Ulm à Austerlitz et Iéna. C'est cependant sa diplomatie qui a le plus effrayé les responsables de la Compagnie britannique des Indes orientales (BEIC). Avec la conclusion des traités de Tilsit et de Finkenstein en 1807, qui garantissaient respectivement la paix avec la Russie et la Perse, Napoléon s'est assuré un couloir à partir duquel frapper les intérêts britanniques sur le sous-continent. Le champ de bataille européen est devenu menaçant à l'échelle mondiale. Se dressait sur son chemin un fonctionnaire nouvellement nommé et, jusqu'à présent, peu étudié : Lord Minto, gouverneur général de l'Inde de 1807 à 1813. Sa carrière est au centre de Défendre l'Inde britannique contre Napoléon. Basé sur la thèse inédite d'Amita Das, qui a été mise à jour et éditée par son fils Aditya, le livre explore les mesures drastiques entreprises par Minto pour contrer la menace française croissante en Asie. Le résultat est un récit panoramique de la façon dont la Grande-Bretagne a frustré les ambitions napoléoniennes tout en transformant simultanément l'océan Indien en un «lac britannique».

Les auteurs se concentrent sur trois phrases de la politique étrangère de Minto : la création d'une série d'États tampons le long de la frontière nord-ouest de l'Inde la conquête des îles Mascareignes, qui ont servi de terrain d'étape aux corsaires français et l'occupation des Indes néerlandaises (la France annexée Hollande en 1810). Ce faisant, ils relient deux histoires souvent racontées de manière isolée : la lutte de la Grande-Bretagne contre Napoléon et l'évolution de la Compagnie britannique des Indes orientales (BEIC) en une agence gouvernementale. En tant qu'acolyte d'Edmund Burke, Minto s'opposa aux politiques agressives de dirigeants plus connus de la Compagnie tels que Warren Hastings et Arthur Wellesley. Sa réponse à la menace française croissante en Asie a trouvé un juste milieu entre la modération burkéenne et la diplomatie plus musclée de ses prédécesseurs. Selon les auteurs, une telle élaboration de politiques a redéfini la dynamique de travail entre le Parlement et la BEIC. Il a contribué à transformer la société d'une filiale du gouvernement britannique à un partenaire consultatif en Asie.

Les auteurs sont à leur meilleur lorsqu'ils discutent des phases spécifiques du mandat de Minto. Leur étude exhaustive de ses papiers privés leur permet de remettre en question les idées fausses courantes sur ses objectifs politiques. En combattant les ambitions napoléoniennes au Moyen-Orient, par exemple, Minto a négocié avec un éventail d'acteurs, du shah persan et des sikhs au Sind et aux États cis-Sutlej. Les historiens ont généralement qualifié ces supplications d'échec, soulignant son incapacité à façonner des alliances aussi disparates en une « entente multilatérale » (p. 53). Pourtant, comme le montrent les auteurs, le gouverneur général n'a jamais eu l'intention d'atteindre des objectifs diplomatiques aussi ambitieux. Au lieu de cela, il a joué sur les rivalités existantes afin d'attirer ces pouvoirs dans des pactes individuels avec le BEIC, créant une chaîne lâche d'États tampons dont l'utilité a longtemps survécu à toute menace française potentielle.

La conquête de Java par Minto, quant à elle, révèle ses objectifs à plus long terme pour la région. Le gouverneur général espérait absorber les Indes orientales néerlandaises dans le BEIC, renforçant ainsi son influence à travers l'étendue de l'océan Indien. Pour ce faire, il s'est lancé dans une série de réformes agraires de courte durée conçues pour moderniser l'économie javanaise. Cependant, les gestionnaires métropolitains de Minto se sont montrés méfiants face à de telles ambitions et la Compagnie a été forcée de rendre Java aux Hollandais en 1814. Comme ses efforts l'ont parfois prouvé, selon les auteurs, Minto a néanmoins réussi à donner un nouveau visage à la politique britannique en Asie. Au cours du XIXe siècle, la Compagnie s'éloigne d'un modèle de contrôle centralisé pour une politique de spécialisation régionale, chaque zone de son empire commercial étant liée à une maison de commerce londonienne spécifique. Le combat de Minto contre la France, selon le livre, a facilité ce processus en dégageant les voies maritimes contestées de l'océan Indien, transformant la voie navigable en un tremplin pour les ambitions britanniques dans toute l'Asie.

Défendre l'Inde britannique contre Napoléon frappe par son érudition. Les écrivains reconstruisent méticuleusement les politiques et les objectifs de Minto, remettant en question les hypothèses de longue date sur son poste de gouverneur, qui est souvent décrit comme une période de « non-ingérence et de retrait » (p. 228). Néanmoins, il est parfois difficile de voir la forêt pour les arbres. Le livre fournit des détails saisissants sur la vie de Minto, les défis auxquels il a été confronté pendant son mandat de gouverneur et l'impact immédiat de ses décisions politiques. Mais les auteurs ne situent pas systématiquement leurs revendications dans l'historiographie plus large, en particulier les recherches récentes sur la Compagnie, l'Inde coloniale et l'Empire britannique. L'argument, à son tour, reste principalement caché sous la surface du texte et ne reçoit un traitement dédié que dans le dernier chapitre du livre. Cette stratégie narrative laisse amplement d'espace pour décrire la vie et les réalisations de Minto. Pourtant, cela signifie également que les revendications plus larges du livre, telles que le rôle du gouverneur général dans l'anticipation d'une nouvelle ère de la politique de l'entreprise, restent sous-développées.

Bien que ces préoccupations limitent l'éventail du public potentiel du livre, Défendre l'Inde britannique contre Napoléon devrait néanmoins s'avérer un ajout bienvenu à la bibliothèque de tout érudit de Minto, ainsi que de ceux qui s'intéressent à l'histoire de l'Inde britannique du XIXe siècle en général.


Séminaire d'Asie du Sud : Défendre l'Inde britannique contre Napoléon : La politique étrangère du gouverneur général Lord Minto (1807-13)

Le livre lancé lors de cet événement décrit les politiques diplomatiques et extérieures de Gilbert Elliot, le premier comte de Minto, qui a occupé le poste de gouverneur général du Bengale de juillet 1807 à octobre 1813. La période de mandat de Minto a coïncidé avec les dernières années de la Les guerres napoléoniennes en Europe, qui ont eu leurs inévitables répercussions dans la sphère coloniale, et ont influencé l'élaboration de la politique étrangère de Minto. Le traité de Napoléon avec la Russie à Tilsit (juillet 1807), le traité de Finkenstein (mai 1807) avec la Perse et la prédominance de l'influence française en Turquie et en Perse, ont créé une alarme de courte durée pour la sécurité des intérêts britanniques en Inde. Les principaux objectifs de la politique étrangère de Minto étaient la défense du commerce et des territoires de la Compagnie en Inde et l'expulsion des Français des États voisins d'Asie et des bases d'opérations de l'océan Indien.

La publication éditée et mise à jour est basée sur la thèse de doctorat en histoire indienne moderne obtenue par Amita Das (née Majumdar) de l'Université d'Oxford en 1962 sous la direction de Cuthbert Colin Davies. L'ouvrage a récemment été édité et mis à jour par son fils Aditya Das et publié par Boydell et Brewer.

Informations complémentaires

Cette série de séminaires est organisée avec le soutien de la Faculté d'histoire.


Revoir

Un ajout bienvenu à une récente étude sur l'État de la Compagnie des Indes orientales. L'écriture est nette [et] l'analyse est judicieuse. ?? REVUE HISTORIQUE ANGLAISE

Défendre l'Inde britannique contre Napoléon frappe par son érudition. . . . [Un] ajout bienvenu à la bibliothèque de tout érudit Minto, ainsi que de ceux qui s'intéressent à l'histoire de l'Inde britannique du XIXe siècle en général. ?? H-NET

Une contribution opportune à l'historiographie napoléonienne actuelle. ?? LIVRE MARRON LMH

Une excellente étude d'une période fascinante, donnant une image claire de la diplomatie de grande envergure requise du gouverneur général et de la place de la Compagnie des Indes orientales dans le monde indien et asiatique au sens large. ?? WWW.HISTORYOFWAR.ORG

Une tranche d'histoire importante mais jusqu'ici négligée qui a pris vie de manière très intéressante et bien. ?? AUSMARINE


Publications

Histoires, biographies, romans, publications de toutes sortes. Nous avons ici sélectionné pour vous des matériaux qui ont retenu notre attention, que ce soit pour leur excellence historique, littéraire ou iconographique. La plupart, mais pas tous, sont en anglais.

Parutions : 1245

Accompagnant la grande exposition au National Maritime Museum (novembre 2016 - avril 2017), ce livre fournit une nouvelle évaluation des entreprises artistiques, des réalisations culturelles et de l'héritage d'Emma Hamilton. D'origine modeste, Emma Hamilton (1765-1815) a acquis une renommée nationale et internationale en tant que mannequin, interprète et créatrice de tendances. Cependant, en tant que maîtresse d'Horatio Nelson et muse [&hellip]

Des éditeurs : “Joliment conçue et richement illustrée, cette publication examine le magnifique éventail de projets entrepris par l'architecte et décorateur français Charles Percier (1764-1838). Après avoir acquis une illustre réputation pour superviser les décors de l'Opéra de Paris pendant la Révolution française, Percier a ensuite été nommé par Napoléon Bonaparte. Avec le soutien de l'Empereur, il [&hellip]

Après la défaite de la campagne de Russie, Napoléon était confronté à une tâche colossale : sauver son Empire et reconstruire son armée dont seulement un peu plus de 12.000 hommes étaient revenus de l'enfer russe, tout comme ses anciens alliés devenaient ses futurs ennemis. Cette publication est en français mais Pierre Branda’s Introduction à ce volume “Alone, [&hellip]

Des éditeurs : Napoléon était-il passionné d'économie ? Aucun doute là dessus! Il créa la Banque de France et le franc germinal, introduisit de nouveaux principes budgétaires et modifia profondément le système monétaire et financier en France. Que ce soit la monnaie ou l'industrie, la théorie économique ou les krachs survenus tout au long de la période, les finances publiques ou le commerce extérieur, [&hellip]

Cette publication révisée et mise à jour est basée sur la thèse de doctorat en histoire indienne moderne obtenue par Amita Das (née Majumdar) de l'Université d'Oxford en 1962 sous la direction de Cuthbert Colin Davies. L'ouvrage a été édité et mis à jour par son fils Aditya Das et publié par Boydell et Brewer. De la part des éditeurs : “Suivant [&hellip]

De la part des éditeurs : « Les campagnes de Napoléon étaient les entreprises militaires les plus complexes de l'histoire avant le XIXe siècle. Mais les batailles déterminantes d'Austerlitz, de Borodino et de Waterloo ont changé plus que la nature de la guerre. Les concepts de hasard, de contingence et de probabilité sont devenus des éléments permanents de la compréhension occidentale du fonctionnement du monde. Empire of Chance examine [&hellip]

En français. Joseph Bonaparte - l'exemple parfait de la célébrité inconnue - sort de l'ombre avec cette biographie remarquable qui démontre qu'en fait, la personnalité, le rôle et l'action politique du frère aîné de Napoléon auraient dû être étudiés à part. droit et pas seulement par rapport à l'Empereur. Cette étude [&hellip]

De la part des éditeurs : “C'est le livre sur la guerre que Napoléon n'a jamais eu le temps ni la volonté de terminer. En exil sur l'île de Sainte-Hélène, l'empereur déchu des Français songe à un grand traité sur l'art de la guerre, mais finit par se raviser et ordonner la destruction de [&hellip]

De la part des éditeurs : « Le duc de Wellington a décrit la bataille de Waterloo comme « l'entreprise la plus désespérée dans laquelle j'aie jamais été. Je n'ai jamais été aussi près d'être battu ». Le courage des troupes britanniques ce jour-là a été à juste titre loué depuis, mais le fait qu'un tiers des forces qui lui ont donné sa victoire étroite [&hellip]

De la part des éditeurs : « Jane Austen devient détective dans ce charmant mystère de l'ère de la Régence. Novembre 1815. La bataille de Waterloo est passée, laissant l'économie britannique en lambeaux Henry Austen, banquier de haut vol, est sur le point de déclarer faillite, entraînant avec lui plusieurs de ses frères. La crise détruit la santé d'Henry et Jane s'envole vers son [&hellip]


  1. ^ unebcThorne, R.G., "Elliot Murray Kynynmound, Sir Gilbert, 4th Bt. (1751-1814), de Minto, Roxburgh.", L'histoire du Parlement
  2. ^ unebcChisholm 1911, p.𧌳.
  3. ^ Mont, Ferdinand (2015). Les larmes des Rajas : Mutinerie, argent et mariage en Inde 1805-1905. Simon & Schuster. p.𧅬.
  4. ^"Gilbert et Hugh Elliot". L'abbaye de Westminster . Consulté le 15 juillet 2014.
  • Das, Amita Das, Aditya. Défendre l'Inde britannique contre Napoléon : la politique étrangère du gouverneur général Lord Minto, 1807-13 ( Rochester: Boydell Press, 2016) ISBN # 160978-1-78327-129-0. examen en ligne
  • Harrington, Jack (2010), Sir John Malcolm et la création de l'Inde britannique, Chs. 1-3, New York : Palgrave Macmillan., ISBN  978-0-230-10885-1
  •  Cet article incorpore le texte d'une publication maintenant dans le domaine public :  Chisholm, Hugh, ed. (1911). "Minto, comtes de". Encyclopédie Britannica. 18 (11e éd.). La presse de l'Universite de Cambridge. p.𧌳–564.

"Mole sur Das et Das, "Défendre l'Inde britannique contre" Sujet

Tous les membres en règle sont libres de poster ici. Les opinions exprimées ici sont uniquement celles des affiches et n'ont pas été approuvées ni approuvées par La page des miniatures.

N'oubliez pas que vous pouvez étouffer les membres afin que vous n'ayez pas à lire leurs messages.

Centres d'intérêt

Article de nouvelles sur les loisirs en vedette

OMM : nouvelles plaques d'uniformes et livres

Lien vedette

Sergent sapeur de la garde : Dominique Gaye Mariole

Ensemble de règles en vedette

Règles des jeux de guerre napoléoniens

Article de profil en vedette

La visite Simtac

L'éditeur est invité à visiter l'usine de Simtac, un fabricant américain de figurines de presque toutes les époques, échelles et genres.

Critique de livre en vedette

Les grands noms de famille britanniques et leur histoire

328 visites depuis le 29 février 2020
�-2021 Bill Armintrout
Commentaires ou corrections ?

&hellipNapoleon : La politique étrangère du gouverneur général Lord Minto, 1807-13'

« Napoléon s'est fait un nom à travers des batailles décisives, de Marengo et Ulm à Austerlitz et Iéna. C'est pourtant sa diplomatie qui a le plus effrayé les responsables de la Compagnie britannique des Indes orientales (BEIC). Avec la conclusion des traités de Tilsit et Finkenstein en 1807. , qui garantissait la paix avec la Russie et la Perse respectivement, Napoléon a obtenu un couloir à partir duquel frapper les intérêts britanniques sur le sous-continent. Le champ de bataille européen est devenu menaçant à l'échelle mondiale. Se dressant sur son chemin était un fonctionnaire nouvellement nommé et, jusqu'à présent, peu étudié. : Lord Minto, le gouverneur général de l'Inde de 1807 à 1813. Sa carrière est au centre de Defending British India against Napoleon.Basé sur la thèse inédite d'Amita Das, qui a été mise à jour et éditée par son fils, Aditya, le livre explore les mesures drastiques prises par Minto pour contrer la menace française croissante en Asie. Le résultat est un récit panoramique de la façon dont la Grande-Bretagne a frustré les ambitions napoléoniennes tout en transformer l'océan Indien en un "lac britannique".

Les auteurs se concentrent sur trois phrases de la politique étrangère de Minto : la création d'une série d'États tampons le long de la frontière nord-ouest de l'Inde la conquête des îles Mascareignes, qui ont servi de terrain d'étape aux corsaires français et l'occupation des Indes néerlandaises (la France annexée Hollande en 1810). Ce faisant, ils relient deux histoires souvent racontées de manière isolée : la lutte de la Grande-Bretagne contre Napoléon et l'évolution de la Compagnie britannique des Indes orientales (BEIC) en une agence gouvernementale. En tant qu'acolyte d'Edmund Burke, Minto s'opposa aux politiques agressives de dirigeants plus connus de la Compagnie tels que Warren Hastings et Arthur Wellesley. Sa réponse à la menace française croissante en Asie a trouvé un juste milieu entre la modération burkéenne et la diplomatie plus musclée de ses prédécesseurs. Selon les auteurs, une telle élaboration de politiques a redéfini la dynamique de travail entre le Parlement et la BEIC. Cela a contribué à transformer la société d'une filiale du gouvernement britannique à un partenaire consultatif en Asie et hellip"
Page d'accueil

>>batailles décisives, de Marengo et Ulm à Austerlitz et Iéna.

Encore une fois, quiconque commence à mi-chemin de l'histoire n'a pas bien compris et le reste ne le sera probablement pas non plus.

Dans toutes mes lectures, je n'ai jamais vu aucun détail de planification ou de logistique impliquant de telles opérations stratégiques. Si quelqu'un, les Britanniques auraient exposé tout ce qu'ils ont trouvé sur papier !

>>la menace française grandissante en Asie
Tout un peu de désinformation opportune si vous me demandez, s'il y a des idées aléatoires pour flotter sur la presse vicieuse et garder les espions à la recherche de fantômes.

J'admettrais presque que sa grande 'invasion de l'Angleterre' était la meilleure blague qu'il ait jamais tirée sur la Grande-Bretagne/KGIII.
FWIW, d


Événements 2016-17

Daud Ali est un historien de l'Asie du Sud pré-moghol. Il a enseigné l'histoire à la SOAS, Université de Londres, et a rejoint l'Université de Pennsylvanie en 2009. Il est professeur et directeur des études supérieures au Département des études sur l'Asie du Sud. Son domaine de formation et d'expertise est l'Asie du Sud du début du Moyen Âge, mais ses intérêts de recherche se sont élargis pour inclure l'histoire des mentalités et des pratiques dans l'Asie du Sud pré-sultanat. Les projets futurs et en cours comprennent des projets de collaboration sur l'histoire de l'amitié dans l'Asie du Sud ancienne et médiévale, une traduction d'un texte bouddhiste sur l'érotisme, ainsi qu'une étude de la production des cycles du roi Bhoja en Inde occidentale. Ses publications les plus récentes comprennent les volumes édités Jardins et pratiques paysagères dans l'Inde précoloniale : histoires du Deccan (2011) Production de connaissances, pédagogie et institutions dans l'Inde coloniale(2011) Vie éthique en Asie du Sud (2010) et la monographie Culture courtoise et vie politique au début de l'Inde médiévale (2004).

Peter Sutoris est un spécialiste du développement, un réalisateur de documentaires et un éducateur. Il est le réalisateur et producteur de Le pays inconnu, un film sur l'éducation, le développement et la dégradation de l'environnement aux Îles Marshall. Il a vécu et travaillé en Asie du Sud, dans le Pacifique, dans les Balkans et en Afrique du Sud. Il a obtenu son BA au Dartmouth College et est candidat au doctorat et boursier Gates à l'Université de Cambridge. Ses recherches actuelles portent sur l'évolutivité interculturelle des interventions de développement, en mettant l'accent sur l'éducation environnementale. Son livre, Visions de développement examine l'idéologie du développement postcolonial de l'État indien entre l'indépendance en 1947 et l'urgence de 1975-77 à travers une analyse des films réalisés par la Division des films de l'Inde entre 1948 et 1975.

Shankar Ramaswami est maître de conférences en études sud-asiatiques et directeur des études de premier cycle au département des études sud-asiatiques de l'Université Harvard, où il enseigne des cours d'anthropologie, de cinéma, de littérature et de religion. Il a complété un B.A. en économie au Harvard College et un doctorat. en anthropologie à l'Université de Chicago. Il travaille actuellement sur un livre intitulé Les âmes du Kalyug : la politique et les cosmologies des travailleurs migrants à Delhi.

Projit Mukharji est professeur adjoint Martin Meyerson en études interdisciplinaires à l'Université de Pennsylvanie. Il a obtenu une maîtrise et une maîtrise en philosophie de l'Université Jawaharlal Nehru et un doctorat de la SOAS à l'Université de Londres. Ses publications comprennent les volumes coédités,Traverser les historiographies coloniales : histoires des médecines coloniales et indigènes dans une perspective transnationale (2010), et Marginalité médicale en Asie du Sud : situer les thérapeutiques subalternes (2012) et les monographies Nationaliser le corps : le marché médical, l'imprimé et la médecine daktari(2011) et le prochain Traditions de docteur : Ayurveda, petites technologies et sciences tressées, (2016).

Gajendran Ayyathurai est chercheur post-doctoral au Center for Modern Indian Studies et membre du Critical Caste Studies Group de l'Université de Göttingen, en Allemagne. Il a obtenu son doctorat en anthropologie à Columbia en 2011. Il a enseigné à l'Université William Paterson et au Hunter College. Ses intérêts d'enseignement et de recherche comprennent l'anthropologie de l'Asie du Sud, l'histoire de l'Asie du Sud moderne, la diaspora sud-asiatique, l'anthropologie historique des dalits et des non-dalits, le bouddhisme et les mouvements religieux subalternes dalits en Asie du Sud. Course. Son travail en cours actuel s'intituleL'humanisme sans caste : l'histoire profonde de la conscience anticaste, d'Iyothee Thass et du bouddhisme tamoul.

Le 18 février 1983, de 9h00 à 15h00, plus de 2 000 musulmans de langue bengali ont été tués dans la ville de Nellie et ses villages environnants dans l'Assam, en Inde. Les maisons des gens ont été incendiées et leurs champs détruits. La plupart des personnes décédées étaient des personnes âgées, des femmes et des enfants. À ce jour, le massacre de Nellie reste en marge de l'histoire publique de l'Inde et est pratiquement effacé de la mémoire collective de la nation.

Le film documentaire Ce dont les champs se souviennent revisite le massacre trois décennies plus tard. À partir du récit de l'événement par les survivants et de leurs luttes pour faire face à la perte et aux souvenirs qui refusent de s'effacer, le film tente d'explorer les idées de violence, de mémoire et de justice, pour comprendre comment les espaces physiques continuent de marquer la relation des gens à l'histoire et mémoire, et de soulever des questions plus larges autour de la mémoire collective - de ce que nous choisissons de nous souvenir et pourquoi nous choisissons d'oublier.

Subasri Krishnan est cinéaste et dirige le Media Lab de l'Indian Institute for Human Settlement (IIHS), où elle enseigne et organise le festival du film Urban Lens. Elle est directrice du Festival du film asiatique de l'Association internationale des femmes de la radio et de la télévision, qui se tiendra à New Delhi en mars 2017. Ses films incluent Brave nouveau médium, sur la censure d'Internet en Asie du Sud-Est, et telle ou telle personne en particulier, qui se penche sur l'idée des documents d'identité officiels et du numéro d'identité unique. Ce dernier film a reçu le prix du meilleur court métrage documentaire au Festival international du documentaire et du court métrage du Kerala (IDSFFK), 2013.

Sumit Guha est titulaire d'un BA du St. Stephen's College et d'une maîtrise en histoire de l'Université Jawaharlal Nehru et d'un doctorat en histoire de l'Université de Cambridge. Il a enseigné au St. Stephen's College et à l'Indian Institute of Management de Calcutta. En 2000, il a été nommé professeur distingué S.P. Das à l'Université Brown et en 2004, il a rejoint l'Université Rutgers du New Jersey. Depuis 2103, il est Frances Higginbotham Nalle Centennial Professor in History à l'Université du Texas à Austin.

Ses publications comprennent L'économie agraire du Bombay Deccan 1818-1941 (1985) Environnement et ethnicité en Inde, v. 1200-1991 (1999)Santé et population en Asie du Sud des temps les plus reculés à nos jours (2001), et Au-delà des castes : identité et pouvoir en Asie du Sud, passé et présent (2013).

Introduction par le professeur d'université Gayatri Chakravorty Spivak (littérature anglaise et comparée)

Tapati Guha-Thakurta est le visiteur distingué de la famille Ahuja de l'automne 2016. Elle est directrice et professeure d'histoire au Centre d'études en sciences sociales de Calcutta, où elle enseigne depuis 1989. Elle a obtenu un doctorat en philosophie. à la Faculté d'histoire de l'Université d'Oxford et a enseigné au President College et à l'Université de Calcutta. La professeure Guha-Thakurta a été membre du Getty Research Institute for the History of Art and Humanities, Los Angeles, et du Center for Advanced Study in the Visual Arts, National Gallery of Art, Washington DC. Elle a été professeure invitée au Smith College, au Yale Center for British Art à New Haven, à l'Université de Californie à Berkeley et à l'Université Jawaharlal Nehru.

Le livre le plus récent du professeur Guha-Thakurta est Au nom de la déesse : les Durga Pujas de la Calcutta contemporaine (2015). Ses publications comprennent les monographies La fabrication d'un nouvel art « indien » : artistes, esthétique et nationalisme au Bengale, vers 1850-1920 (1992) Monuments, objets, histoires : les institutions de l'art dans l'Inde coloniale et postcoloniale (2004), et les monographies d'exposition, Dans son propre droit Se souvenir de l'artiste Karuna Shaha (2000) Mondes visuels du Bengale moderne, (2002) L'esthétique de l'imprimé populaire, Birla Academy (2006), et La ville dans les archives : les histoires visuelles de Calcutta (2011). Elle a co-édité (avec Janaki Nair et Anjan Ghosh) Théorisation des essais actuels pour Partha Chatterjee (2011) et avec Partha Chatterjee et Bodhisattva Kar, Nouvelles histoires culturelles de l'Inde : matérialité et pratiques (2012).

Le Dr Christophe Jaffrelot est chargé de recherche senior au CERI-Sciences Po/CNRS, et professeur de politique et de sociologie indiennes au King's India Institute (Londres). Among his publications are The Hindu nationalist movement and Indian politics, 1925 to 1990s (1999), India’s Silent Revolution(2003) and The Pakistan Paradox. Instability and Resilience (2015).

Introduction by Vidya Dehejia, Barbara Stoler Miller Professor of Indian and South Asian Art

Tapati Guha-Thakurta is the Fall 2016 Ahuja Family Distinguished Visitor. She is the Director and Professor of History, Centre for Studies in Social Sciences, Calcutta, where she has taught since 1989. She earned a D.Phil. in the History Faculty at the University of Oxford, and has taught at Presidency College and the University of Calcutta. Professor Guha-Thakurta has been a Fellow at the Getty Research Institute for the History of Art and Humanities, Los Angeles, and at the Center for Advanced Study in the Visual Arts, National Gallery of Art, Washington D.C. She has been a Visiting Professor at Smith College, the Yale Centre for British Art in New Haven, the University of California at Berkeley, and Jawaharlal Nehru University.

Professor Guha-Thakurta’s most recent book is In the Name of the Goddess: The Durga Pujas of Contemporary Kolkata (2015). Her publications include the monographs The Making of a New 'Indian' Art: Artists, Aesthetics and Nationalism in Bengal, c.1850-1920 (1992) Monuments, Objects, Histories: Institutions of Art in Colonial and Post-colonial India (2004), and the exhibition monographs, In her own Right Remembering the artist Karuna Shaha (2000) Visual Worlds of Modern Bengal, (2002) The Aesthetics of the Popular Print, Birla Academy (2006), and The City in the Archive: Calcutta’s Visual Histories (2011). She co-edited (with Janaki Nair and Anjan Ghosh) Theorising the Present:Essays for Partha Chatterjee (2011) and with Partha Chatterjee and Bodhisattva Kar, New Cultural Histories of India: Materiality and Practices (2012).

Ali Riaz is University Professor and the Chair of the Department of Politics and Government at Illinois State University, at Normal, Illinois. His primary areas of interest are political Islam, madrassahs, South Asian politics, and Bangladeshi politics. He has taught at Dhaka University and was a Public Policy Scholar at the Woodrow Wilson International Center for Scholars, Washington D.C. From 1995-2000, he was Senior Broadcast Journalist for the BBC World Service, Bengali Section, in London. Among his many publications are Islam and Identity Politics among British-Bangladeshis: A Leap of Faith (2013) Inconvenient Truths about Bangladeshi Politics (2012) a volume of essays co-edited with Christine Fair, Political Islam and Governance in Bangladesh (2011), another edited volume, Religion and Politics in South Asia (2010) Faithful Education: Madrassahs in South Asia (2008) et Islamist Militancy in Bangladesh: A Complex Web (2008). His talk will be based on his most recent publication, Bangladesh: A Political History since Independence (2016).

Karuna Mantena is Associate Professor of Political Science and Chair of the South Asian Studies Council at Yale University. Since 2011, she has served as co-director of the International Conference for the Study of Political Thought. She earned a BSc(Econ) in International Relations from the London School of Economics, an MA in Ideology and Discourse Analysis from the University of Essex , and a PhD in Government from Harvard University. Her research interests include modern political thought, modern social theory, the theory and history of empire, and South Asian politics and history. Her first book, Alibis of Empire: Henry Maine and the Ends of Liberal Imperialism (2010), analyzed the transformation of nineteenth-century British imperial ideology. Her current work focuses on political realism and the political thought of M.K. Gandhi.

Abstract: A sepulchral note has finally entered the insistently optimistic global discourse on climate change produced by the Conference of Parties (COP). With the introduction of the language of "loss and damage," several parties to the UN framework convention on climate change (UNFCCC) have acknowledged that climate change may not be mitigated or adapted to, that there is lasting damage to human settlements and ecosystems, even to species being. In this paper I explore how the language of loss and damage allows us to speak of the damage wrought by the social as much as by the environmental, embodied in female figures of the traumatized, the mad or the psychically afflicted. These figures, explored more specifically on silt islands in Bangladesh, provide a further vantage to a consideration of extinction as not only the sudden vanishing of species, as it is represented in extinction studies, but also as modes of self-extinguishing. They remind us that life is not only about self-preservation but also about destruction.​

Naveeda Khan is Associate Professor, Anthropology Department, at the Johns Hopkins University. She earned a PhD from Columbia University in 2003. Prof. Khan is the author of Muslim Becoming: Aspiration and Skepticism in Pakistan (2012), which was awarded the 2012 American Institute of Pakistan Studies Book Prize, as well as Beyond Crisis: Re-evaluating Pakistan (2010). She is presently working on a new manuscript tentatively titled "Towards a Romantic Anthropology: River Life and Climate Change" based on her research on the Jamuna River in Bangladesh.

Introduction by Sheldon Pollock, Arvind Raghunathan Professor of South Asian Studies, MESAAS

Parimal G. Patil is Professor of Religion and Indian Philosophy, and Chair of the Department of South Asian Studies at Harvard University. He earned his PhD at the University of Chicago. Professor Patil is a philosopher and intellectual historian of religion who is interested in South Asian intellectual practices and their relevance to broader issues in the Study of Religion, Philosophy, and Area Studies. He is particularly interested in Indian Buddhism, its intellectual history in Southern Asia, and Buddhist, Hindu, and Jaina debates in aesthetics, epistemology, metaphysics, and philosophy of language. His current work includes a book length project on one such debate during the "final phase" of Buddhism in India, and articles on Buddhist narrative literature, epistemology, and philosophy of language. More recently, he has become interested in classical South Asian literature and literary theory, and its relevance to historiography and religious ethics. His publications include Against a Hindu God: Buddhist Philosophy of Religion in India (2009) and with Lawrence J. McCrea, Buddhist Buddhist Philosophy of Language in India: Jñanasrimitra on Exclusion.

Andrew Sartori is an intellectual historian of modern South Asia, and Professor in the Department of History, NYU. He earned his PhD from the University of Chicago in 2003. His work focuses on the relationship between histories of concept-formation and the history of capitalist society. He has written on the history of the culture-concept, property, political economy, and liberalism. His publications include the edited volumes, From the Colonial to the Postcolonial: India and Pakistan in Transition, co-with Dipesh Chakrabarty and Rochona Majumdar (2007) Global Intellectual History, with Samuel Moyn (2013) and A Companion To Global Historical Thought, with Prasenjit Duara, and Viren Murthy (2014) and the monographs Bengal in Global Concept History: Culturalism in the Age of Capital (2008), et Liberalism In Empire, (2014).

Co-sponsored by the Committee on Global Thought and the South Asia Institute

Introduction by Manan Ahmed, History Department

Jonathan Eacott is Associate Professor in the Department of History, at the University of California, Riverside. He earned his Ph.D. from the University of Michigan as well as M.A. in British History from Queen's University, Kingston and a joint B.A. in History and International Development Studies from McGill University, Montreal. Eacott's research focuses on the British and their empire from the eighteenth century to the present. Son premier livre, Selling Empire: India Goods in the Making of Britain and America, 1700-1830 (2016) explores the far-reaching economic, industrial, social, and political importance of decisions made by Britons, colonists, and Americans to assimilate the production and consumption of such India goods as cotton cloth and umbrellas into their local economies and societies, while they associated other India goods, such as hookah pipes and palanquins, with the East.

Her publications include the monographs Mysore Modern: Reconceptualising the Region under Princely Rule (2011) The Promise of the Metropolis: Bangalore’s Twentieth Century, awarded the 2005 New India Foundation Book Prize Miners and Millhands: Work, Culture and Politics in Princely Mysore (1998) and Women and Law in Colonial India: A Social History (1996). She co-edited Theorising the Present: Essays For Partha Chatterjee, with Anjan Ghosh and Tapati Guha Thakurta, (2011) and A Question of Silence? The Sexual Economies of Modern India, with Mary John (1998).

Abstract: This paper looks at the role of media and communication technologies in the imagination of urban spaces in contemporary Bombay cinema. If surveillance practices and their resultant structuring becomes one part of this imagination (No Smoking 2007, LSD 2010, Ugly, 2013), we also see the role of the internet and social media in the framing of spatial encounters in small town India (Masaan 2015). A fascination for ‘obsolete’ technology frames another order of space linked to the recent past (Gangs of Wasseypur 2012, Miss Lovely 2012, Dum Lagake Haisha, 2015), while documentary films like John and Jayne (2005) invoke the call centre imagination within a fractured urban subjectivity. In these films, the themes of violence, love, tragedy and comedy are enacted within a spatial terrain triggered by new media technologies. Taken together these films offer a new geography of the experiential changes unraveling in contemporary India.

Ranjani Mazumdar is Professor of Cinema Studies at the School of Arts & Aesthetics, Jawaharlal Nehru University. Her publications focus on urban cultures, popular cinema, gender, and the cinematic city. Elle est l'auteur de Bombay Cinema: An Archive of the City (2007) and co-author with Nitin Govil of the forthcoming The Indian Film Industry. She has also worked as a documentary filmmaker and her productions include Delhi Diary 2001 et The Power of the Image (Co-Directed). Her current research focuses on globalization and film culture, the visual culture of film posters and the intersection of technology, travel and design in 1960s Bombay Cinema.

Ajantha Subramanian is Professor of Anthropology and South Asian Studies at Harvard University. Her research interests include political economy, political ecology, colonialism and postcoloniality, space, citizenship, South Asia, and the South Asian diaspora. Her first book Shorelines: Space and Rights in South India (2009), chronicles the struggles for resource rights by Catholic fishers on India’s southwestern coast, with a focus on how they have used spatial imaginaries and practices to constitute themselves as political subjects. She is currently working on a book project titled Gifted: Merit and Caste in Indian Technical Education, which tracks the relationship between meritocracy and democracy in India on order to understand the production of merit as a form of caste property and its implications for democratic transformation.

Introduction by Anupama Rao, Department of History and Barnard College

Saurabh Dube is Professor of History in the Center for Asian and African Studies, El Colegio de México. He earned his PhD in History at the University of Cambridge. He has been a Visiting Professor at Cornell, Johns Hopkins, and the University of Delhi, and was a Guggenheim Fellow in 2007-08. His most recent publications include Subjects of Modernity: Time/Space, Disciplines, Margins (2017) Formaciones de lo contemporáneo [Formations of the Contemporary] (forthcoming, 2017) and the co-edited volumes, with Anupama Rao, Crime Through Time (Themes in Indian History, 2014), and with Ishita Banerjee-Dube, Culturas politicas y politicas culturales: Escenarios de Asia, Africa, Medio Oriente, Mexico (forthcoming 2017).

Organized by the South Asia Institute and the New School University

Vivan Sundaram , born 1943, studied painting in Baroda and London. Since 1990 he has made sculpture, installation, photography and video. He has exhibited in the Biennales of Sydney, Seville, Taipei, Sharjah, Shanghai, Havana, Johannesburg, Kwangju and Berlin, and the Asia-Pacific Triennial, Brisbane. He has participated in group shows at Arken Museum, Copenhagen (2012) International Centre for Photography, New York (2008) Mori Museum, Tokyo (2008) Haus der Kunst, Munich (2006) Tate Modern, London (2001) and Museum Boijmans van Beuningen, Rotterdam (2001). He has had solo shows at Fowler Museum, Los Angeles (2015), Sepia International, New York (2008, 2006), Walsh Gallery, Chicago (2008, 2005), and Photographers Gallery, Copenhagen (2003).

Presented by the South Asia Institute and the World Music Institute <www.worldmusicinstitute.org>.

Shujaat Husain Khan is one of the leading North Indian classical musicians of his generation. He belongs to the Imdadkhani Gharana (tradition) of the sitar and his style of playing sitar, known as the gayaki ang, is imitative of the subtleties of the human voice. Khan has performed at music festivals in India and throughout Asia, Africa, North America, and Europe. He has headlined at concert halls such as the Royal Albert Hall in London, Royce Hall in Los Angeles, and Congress Hall in Berlin. In 2007, he was the featured artist at musical concerts celebrating India's 50th anniversary of independence at Carnegie Hall in New York, and at celebrations in Seattle and Dallas. Khan was the sole artist representing India in a special performance at the United Nations General Assembly Hall in Geneva commemorating India's independence the same year. Shujaat Khan has been affiliated as a visiting faculty at the Dartington School of Music in England, the University of Washington in Seattle, and the University of California, Los Angeles.

Samir Chatterjee is a virtuoso Tabla player from the Farrukhabad Gharana (school). He has traveled widely across the world to perform at festivals as a soloist or with other outstanding musicians from Indian and western musical traditions. In concert Samir has accompanied many of India's most celebrated musicians and has played with jazz, classical, and experimental musicians and ensembles around the world. Chatterjee performed at the Nobel Peace Prize ceremony in Oslo, Norway in 2007 and has performed several times at the United Nations General Assembly. Chatterjee has been teaching for 35 years and is the Founder-Director of Chhandayan, an organization dedicated to promoting and preserving Indian music and culture. He has taught at Yale University, Manhattan School of Music, the New School, and the Universities of Pittsburgh and Bridgeport.


Defending India: The Foreign Policy of Governor-General Lord Minto, 1807-1813, Amita Das and Aditya Das - History

First published in January 1886, The English Historical Review (EHR) is the oldest journal of historical scholarship in the English-speaking world. It deals not only with British history, but also with almost all aspects of European and world history since the classical era: it covers the history of the Americas, including the foreign policy of the USA and her role in the wider world, but excludes the internal history of the USA since Independence, for which other scholarly outlets are plentiful. The EHR includes major Articles, ‘Notes and Documents’, and Debates on medieval and modern themes, as well as an unusually extensive range of Reviews and Shorter Notices of books published throughout the world. A summary of international periodical literature published in the previous twelve months is also provided.

The Character of Papal Finance at the Turn of the Twelfth Century
Benedict G E Wiedemann

Death of a Polemicist: Honour and Calumny in Early Modern European Religious Debate
Paul Cohen

From Hope to Defensiveness: The Foreign Policy of a Beleaguered Liberal Spain, 1820–1823
Gonzalo Butrón Prida

All the World Loves a Lover: Monarchy, Mass Media and the 1934 Royal Wedding of Prince George and Princess Marina
Edward Owens

Making Britain Work Again: Unemployment and the Remaking of British Social Policy in the Eighties
Bernhard Rieger

Landscapes of the Islamic World: Archaeology, History and Ethnography, ed. Stephen McPhillips and Paul D. Wordsworth
Yossef Rapoport

Cod and Herring: The Archaeology and History of Medieval Sea Fishing, ed. James H. Barrett and David C. Orton
Wendy R Childs

The Work of the Dead: A Cultural History of Mortal Remains, by Thomas W. Laqueur
Jeremy Boulton

The Cult of Relics in Early Medieval Ireland, by Niamh Wycherley
Máirín MacCarron

Corpus of Anglo-Saxon Stone Sculpture. XII: Nottinghamshire, by Paul Everson and David Stocker
Meggen M Gondek

Isidore of Seville and his Reception in the Early Middle Ages: Transmitting and Transforming Knowledge, ed. Andrew Fear and Jamie Wood
M Vessey

The Prague Sacramentary: Culture, Religion, and Politics in Late Eighth-Century Bavaria, ed. Maximilian Diesenberger, Rob Meens and Els Rose
I Rembold

Making Early Medieval Societies: Conflict and Belonging in the Latin West, 300–1200, ed. Kate Cooper and Conrad Leyser
Levi Roach

Vikings in the South: Voyages to Iberia and the Mediterranean, by Ann Christys
Lesley Abrams

Textus Roffensis: Law, Language, and Libraries in Early Medieval England, ed. Bruce O’Brien and Barbara Bombi
D A Woodman

A Descriptive Catalogue of the Medieval Manuscripts in the Library of Peterhouse, Cambridge, by R.M. Thomson
Jeremy Catto

A Companion to Giles of Rome, ed. Charles F. Briggs and Peter S. Eardley
Stephen H Rigby

Roadworks: Medieval Britain, Medieval Roads, ed. Valerie Allen and Ruth Evans
David Harrison

Annexer? Les Déplacements de frontières à la fin du Moyen Âge, ed. Stéphane Péquignot and Pierre Savy
Duncan Hardy

The Art of Documentation: Documents and Visual Culture in Medieval England, by Jessica Berenbeim
John Sabapathy

Henry V: The Conscience of a King, by Malcolm Vale
A K McHardy

Reform vor der Reformation: Augustiner-ChorherrenstiftsgrÜNdungen an Marienwallfahrtsorten durch die Windesheimer Kongregation, by Jörg Bölling
Jens RÖhrkasten

A Country Merchant, 1495–1520: Trading and Farming at the End of the Middle Ages, by Christopher Dyer
Phillipp R Schofield

Jewish Books and their Readers: Aspects of the Intellectual Life of Christians and Jews in Early Modern Europe, ed. Scott Mandelbrote and Joanna Weinberg
Kenneth Austin

Unsettled Toleration: Religious Difference on the Shakespearean Stage, by Brian Walsh
Beatrice Groves

Food Matters: Alonso Quijano’s Diet and the Discourse of Food in Early Modern Spain, by Carolyn A. Nadeau
Rebecca Earle

An Alchemical Quest for Universal Knowledge: The ‘Christian Philosophy’ of Jan Baptist van Helmont (1579–1644), by Georgiana D. Hedesan
Jean Henri

Constantia et Fortitudo. Der Kult des kapuzinischen Blutzeugen Fidelis von Sigmaringen zwischen ‘Pietas Austriaca’ und ‘Ecclesia Triumphans’: Die Verehrungsgeschichte des Protomärtyrers der Gegenreformation, des Kapuzinerordens und der ‘Congregatio de propaganda fide’ (1622–1729), by Matthias Emil Ilg
Joachim Whaley

Covenanting Citizens: The Protestation Oath and Popular Political Culture in the English Revolution, by John Walter
Clive Holmes

Rethinking the Scottish Revolution: Covenanted Scotland, 1637–1651, by Laura A. M. Stewart
Alexander D Campbell

The Courtiers’ Anatomists: Animals and Humans in Louis XIV’s Paris, by Anita Guerrini
Stéphane Van Damme

Fractional Freedoms: Slavery, Intimacy, and Legal Mobilization in Colonial Lima, 1600–1750, by Michelle A. McKinley
H Skoda

Naturalism and Unbelief in France, 1650–1729, by Alan Charles Kors
Epicureans and Atheists in France, 1650–1729, by Alan Charles Kors
Robin Briggs

Genoese Trade and Migration in the Spanish Atlantic, 1700–1830, by Catia Brilli
Christopher Storrs

Witchcraft and Folk Belief in the Age of Enlightenment: Scotland, 1670–1740, by Lizanne Henderson
P G Maxwell-Stuart

Ideas of Monarchical Reform: Fénelon, Jacobitism and the Political Works of the Chevalier Ramsay, by Andrew Mansfield
Allan I MacInnes

The Temptations of Trade: Britain, Spain, and the Struggle for Empire, by Adrian Finucane
Jérémy Noir

The Channel: England, France and the Construction of a Maritime Border in the Eighteenth Century, by Renaud Morieux
John McAleer

Agricultural Enlightenment: Knowledge, Technology and Nature, 1750–1840, by Peter M. Jones
Jonathan Harwood

Ourselves Alone? Religion, Society and Politics in Eighteenth- and Nineteenth-Century Ireland: Essays Presented to S.J. Connolly, ed. D.W. Hayton and Andrew R. Holmes
Patrick Walsh

Forced Migration in the Spanish Pacific World: From Mexico to the Philippines, 1765–1811, by Eva Maria Mehl
Alison Bashford

Interpreting the ‘Ancien Régime’: David Bien, ed. Rafe Blaufarb, Michael S. Christofferson and Darrin M. McMahon
Giora Sternberg

Rationed Life: Science, Everyday Life, and Working-Class Politics in the Bohemian Lands, 1914–1918, by Rudolf Kučera
John Paul Newman

Napoleon and British Song, 1797–1822, by Oskar Cox Jensen
Christopher Marsh

Defending British India against Napoleon: The Foreign Policy of Governor-General Lord Minto, 1807–1813, by Amita Das, ed. and updated by Aditya Das
Douglas M Peers

Crown, Church and Constitution: Popular Conservatism in England, 1815–1867, by Jörg Neuheiser, tr. Jennifer Walcoff Neuheiser
Boyd Hilton

Tocqueville, Democracy, and Religion: Checks and Balances for Democratic Souls, by Alan S. Kahan
Robert D Priest

Leisure and the Irish in the Nineteenth Century, ed. Leeann Lane and William Murphy
Peter K Andersson

Mediterranean Diasporas: Politics and Ideas in the Long Nineteenth Century, ed. Maurizio Isabella and Konstantina Zanou
Dina Gusejnova

Governing Hibernia: British Politicians and Ireland, 1800–1921, by K. Theodore Hoppen
Alvin Jackson

The Road to Home Rule: Anti-Imperialism and the Irish National Movement, by Paul A. Townend
Maria Luddy

Tropics of Vienna: Colonial Utopias of the Habsburg Empire, by Ulrich E. Bach
Jonathan Kwan

The Moral Mapping of Victorian and Edwardian London: Charles Booth, Christian Charity, and the Poor-but-Respectable, by Thomas R.C. Gibson‐Brydon
Anna Maguire

A Prison without Walls? Eastern Siberian Exile in the Last Years of Tsarism, by Sarah Badcock
Daniel Beer

Dangerous Neighbors: Making the Haitian Revolution in Early America, by James Alexander Dun
Simon P Newman

Primed for Violence: Murder, Antisemitism and Democratic Politics in Interwar Poland, by Paul Brykczynski
Matthew Kelly

Urban Redevelopment and Modernity in Liverpool and Manchester, 1918–39, by Charlotte Wildman
John Belchem

The Great Fear: Stalin’s Terror of the 1930s, by James Harris
S Yekelchyk

1936: Fraude y violencia en las elecciones del Frente Popular, by Manuel Álvarez Tardío and Roberto Villa García
J Ruiz

June 1940, Great Britain and the First Attempt to Build a European Union, by Andrea Bosco
Robert Tombs

Europe after Empire: Decolonization, Society and Culture, by Elizabeth Buettner
John Darwin

Seven Lives from Mass Observation, by James Hinton
F Sutcliffe-Braithwaite

Nottingham: A History of Britain’s Global University, by John Beckett
William Whyte


Voir la vidéo: LA DECOLONISATION DE LINDE (Mai 2022).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos